jeudi 25 janvier 2018

Journal d'un vampire en pyjama suivi de Carnet de Board [Le Livre de Poche]

Journal d'un vampire en pyjama
suivi de
Carnet de Board

Depuis le temps que ce livre était dans ma liste d'envie, je n'ai pas hésité une seconde quand je l'ai vu dans le Challenge Livraddict 2018. C'est donc le premier de mes 20 titres à découvrir cette année.

Quand j'ai commencé la lecture, j'ai souri en me disant que je n'allais pas dans un univers totalement inconnu. Déjà parce que je suis tombée en amour du style de Mathias Malzieu avec La mécanique du cœur puis avec le film Jack et la mécanique du cœur (présenté ici). Mais aussi parce que sa maladie, je venais de la découvrir -en quelques sortes- avec La vie qui circule que je vous ai présenté il y a peu.


Moelle osseuse en panne. Globule absent. Mathias en plein boum de sa vie doit ralentir. Être enfermé. Se battre. Croire. 

De sa plume se crée un monde où Dame Oclès est charmeuse et moqueuse et les Nymphirmières sont des anges de tendresse et de dévotion. Il y a l'hématologue à voix douce, un père et une sœur qu'il veut rassurer, et bien entendu sa Rosy. Une histoire d'amour avec du rouge à lèvres et des grands yeux.

On suit les mots qui s'emmêlent, se chevauchent et nous caressent dans un monde où la maladie ne promet rien et détruit. Comme une poésie d'un autre univers, on se laisse aller en pensant que, de toute façon, ouf, il fera son voyage en skateboard. On lui souhaite même si on sait.




Mon avis : vous l'aurez compris, je succombe toujours autant à ses mots, son univers décalé et ses goûters avec crêpes obligatoire. J'entends le ukulélé et je le vois passer sur son skate, je l'imagine avec son bonnet et son air blafard. Mais tout s'arrange, la vie reprend. C'est tellement d'espoir. C'est tellement beau. Jamais il n'a semblé flanché, jamais sa Rosy ne l'a abandonné, sa famille un pilier, son écriture un échappatoire de douceur. A relire sans hésiter un jour mais en attendant faisons comme lui et rêvons !

Lu pour le Challenge Livraddict 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire